dimanche 7 août 2016

La guerre pacifique de Rania


Elle est Syrienne, elle aime son peuple et elle a choisi un combat sans armes comme solution pour sortir du piège dans lequel, le peuple syrien s'est enfermé. Pour elle, l'avenir ne peut pas se construire sur des fondations faites de haine.

Elle le décrit à sa manière faite de beaucoup de bon sens et surtout d'un pragmatisme époustouflant qui incite à l'admiration. 



L’avenir
Si aujourd’hui vous tuez un islamique radical, vous en aurez 10 ou 100 qui se lèveront pour le remplacer. Si vous donnez aux populations la dignité de vivre de leur métier, de mettre en avant leur culture et leur savoir-faire, les ressentiments s’atténueront quand les gens pourront manger, nourrir leurs familles, être fiers de leurs parcours. Au lieu de dépenser des milliards de dollars en armement, investissez- en au moins une partie dans la production de richesse en utilisant le savoir-faire des populations et en vous adaptant. Assez de haine, construisez un monde au lieu de le détruire !   (Rania Kinge)


Si nous avions choisi de partager son expérience dans notre blog, c'est parce qu'elle est  dans une démarche que nous approuvons à l'opposée de ce qui se fait aujourd'hui. 


La démarche de l'Office du commerce et de l'industrie franco syrien (OCIFS ) à pour objectif de créer des partenariats industriels et commerciaux entre les entreprises syriennes et les entreprises françaises.  

Aujourd'hui, en France,  nous faisons partie des précurseurs d'une nouvelle ère dans les relations économiques Nord-Sud. Une ère basée sur l'équité des échanges. 


Voici , un article dédié à l'expérience économique de Rania Kinge présenté dans le numéro spécial des fonctionnaires internationaux de mars 2016 , UNSPECIAL

https://www.unspecial.org/2016/03/la-guerre-pacifique-de-rania


article signé par Thierry Henri Honfleur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire