samedi 29 juillet 2017

A quand la réouverture de notre ambassade à Damas en Syrie !

"La France doit retrouver une place centrale dans ce nouvel Orient et cette nouvelle Méditerranée où Russes et Chinois ont pris pied durablement, y compris dans les ports, changeant une donne stratégique dont notre pays ne peut rester absent plus longtemps."

Cet extrait qui conclut une véritable démonstration sur le fiasco de la politique étrangère française depuis la présidence chiraquienne en décryptant les situations conflictuelles que le Monde n'a pas cessé de connaître depuis le 11 septembre 2001. Il dévoile le fiasco de la politique américaine mais met en avant l'erreur de la France d'avoir abandonné une politique étrangère indépendante et pragmatique en s'alignant sur les positions frileuses américaines et en déléguant une partie de sa souveraineté militaire à l'Otan.

Sur le dossier Syrien, la présentation laisse un goût amer. 
La France a eu tout faux.
En soutenant l'opposition armée, 
En procédant à la fermeture de son ambassade à Damas
et en imposant un embargo économique.

Les Russes, les Chinois et même les Iraniens en ont largement profité pour s'installer durablement. 
Ainsi en raison de décisions à court terme sans réelle analyse poussée, la Syrie, ancien protectorat français est en train de nous échapper.

L'auteur de l'article garde tout de même un mince espoir depuis que le nouveau président de la République a décidé de faire marche arrière en balayant d'un revers de main toute la politique Hollandienne en Syrie.



"Quelques signes encourageants : notre nouveau président de la République a affirmé qu’il ne désirait pas « la destruction de l’Etat syrien », que la mise hors-jeu de Bachar al-Assad n’était pas la question et qu’une idéologie de « néoconservateurs importés » n’offrait certainement pas la solution d’une sortie de crise…"

Il est impératif de s'ouvrir à nouveau sur la Syrie et ne pas laisser nos concurrents industriels prendre le dessus sur l'industrie française en mesure de répondre aux attentes du secteur économique privé au départ puis ensuite et inévitablement publique.


"Il ne s’agit pas d’installer un nouvel ambassadeur de France à Damas en flonflons et fanfares mais, en tenant compte de l’évolution des rapports de force régionaux et internationaux aux Proche et Moyen-Orient, et sans se déjuger, d’y nommer un chargé d’affaires, comme l’ont fait depuis plusieurs mois différents pays de l’Union européenne, d’Asie et d’Amérique Latine. En renouant ainsi un dialogue, même à minima, avec les autorités syriennes, Paris retrouverait quelques canaux et quelques outils susceptibles de lui fournir informations et moyens pour refonder une diplomatie souveraine et indépendante dans cette région cruciale."


Article que je recommande à la lecture


http://www.les-crises.fr/il-faut-rouvrir-notre-ambassade-a-damas-par-richard-labeviere/


Thierry Henri Honfleur






Quelques références:   https://sy.ambafrance.org/index.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ambassade_de_Syrie_en_France
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/syrie/

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-observateur-du-monde/20120305.OBS2941/syrie-l-opposition-interieure-il-ne-fallait-pas-fermer-l-ambassade-de-france.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire